mercredi 31 janvier 2018

A genoux, et à vous


Je me retrouve enfin à genoux devant vous, 
Ce moment que j'ai tant attendu, vous savez, 
J'en rêvais, le craignais, l'espérais, c'est si fou, 
De me laisser aller, et enfin me livrer 

A vous. Être à vous, que vous soyez mon Maître 
Aucun autre que vous ne m'a fait cet effet,
M'inspirer ce besoin d'obéir, me soumettre. 
Et des heures à venir, je vous remets les clés. 

Je vous laisse gérer et mon corps et mon âme 
Je vous en prie Monsieur nos règles ayant changé, 
Soyez intransigeant, j'ai été si minable, 
En n'étant avec vous qu'une sale effrontée. 

Quand on se veut soumise, on doit savoir se taire, 
Obéir, même lorsqu'au fond de soi on bout, 
Accepter de devoir malgré tout, dire ou faire, 
Ce que Monsieur exige, c'est ainsi, voilà tout. 

Punissez-moi Monsieur, vous avez ma confiance, 
Pas besoin de safe-word, je sais que vous saurez, 
Entre du cinéma, et de la vraie souffrance, 
Mes limites trouver, avant que d'arrêter. 




8 commentaires:

  1. Comme tout cela est magnifiquement dit!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci François. Joliment dit, je ne sais pas, mais à réciter 3 fois, ce fut dur.

      Supprimer
  2. Magnifique à lire et sublime à entendre ...

    RépondreSupprimer
  3. Je te l'ai déjà dit ailleurs, mais c'est un très joli texte ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai Sia, et j'en remercie doublement.

      Supprimer