mardi 13 février 2018

N'être qu'une douleur

Il y a la souffrance, il y a la douleur.

Et parfois, on est soi-même douleur et souffrance. Parce que prendre la seule décision possible, c'est bien gentil, mais c'est le cerveau qui décide. Le cœur, lui, va mettre du temps à absorber cette fichue souffrance et ce manque.

On dit qu'il faut laisser le temps faire son œuvre. Hé bien, monsieur le temps, dépêche-toi s'il te plait. Parce que la cigale est paumée, là. Seule et triste. Mais que c'est dur de prendre des décisions parfois.

Et pourtant, que pouvais-je faire d'autre ? Rien. Chacun a le droit d'avoir sa propre vision des choses. Il faut le respecter. Et l'inévitable arrive. Parce que lorsque les choses deviennent inconciliables, il n'y a pas de plan B. C'est comme ça.

Comme je le dis souvent, il y a le jeu, et la vraie vie. On va s'en retourner faire un tour dans la vraie vie. Essayer d'oublier. La tête haute et avec le sourire. Histoire de...






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire