samedi 9 mars 2019

Les visites « presque » surprises de mon Maître.


Quand Monsieur vient me voir, je suis prévenue. Forcément. Mais alors, il faut s’accrocher, car en général c’est J-1.

La première fois, c’était trop mignon. Je venais de déménager, je n’arrêtais pas de bricoler, ranger, vider les cartons, perceuse, incapable de souffler. En 4 ou 5 jours c’était fini. Mais la cigale était vraiment fatiguée. Épuisée.
Il est venu, et aucune misère, que des câlins, je n’avais pas passé autant de temps sur mon canapé à ne rien faire depuis plusieurs jours. Mais que c’était agréable. J’ai dû trouver un soliflore pour y mettre la rose qu’il avait apportée. J’ai découvert que la D/s, cela pouvait aussi être de la tendresse. Je ne le savais pas. Ce fût une expérience douce et surprenante.

La seconde fois, pareil, enfin je crois 2 jours avant. En soirée. Cette fois il y a eu séance. Nous apprenons à nous connaître et nous nous sommes rendus compte que nous ne jouions pas au même niveau. J’ai eu du mal à encaisser, lui avait l’habitude de partenaires de jeu plus maso que moi. 
Rien que la vue des marques m’a fait peur. 
Remise en question directe de ma part. Ne voulant pas que mon Maître s’ennuie avec moi, je lui ai proposé qu’on en reste là. A ma grande surprise il n’a pas voulu. Il a dit qu’il allait modifier sa façon de faire avec moi. C’est vrai qu’on s’entend bien, ce serait dommage. 
J’étais bien contente de sa réponse, j’aurais compris s’il avait accepté, mais j’aurais été aussi un peu triste, même si nous deux, c’est très récent. J’ai eu droit à un bon massage de pommade, mais les marques sont restées quelques jours. Ce qui est bien, c’est qu’on parle beaucoup. Tout est posé. Tout est dit. Et c’est rassurant.
Il s’est entrainé comme à chaque fois avec les cordes. Chez moi, on peut attacher en hauteur, alors beaucoup de possibilités s’offrent à nous. J’aime bien. Lui aussi apparemment, donc tout va bien.
Après m’avoir encore rassurée, me disant de ne surtout pas m’en faire, il est rentré.  Je me suis lovée sous ma couette.

La dernière visite, je crois que j’ai été prévenue J-1 aussi. Il venait pour le petit déjeuner. J’avais laissé le canapé ouvert, j’attendais sous la couette.  Je reconnais avoir déjà pris un petit déjeuner tôt, car je voulais un café et j’avais faim. Il arrive et comme les Hobbits j’ai pris un second petit déjeuner. Sympa.  
Là aussi nous avons joué,  le lit étant ouvert d’autres possibilités se sont offertes à nous. J’avais oublié les collants (ha oui, les collants, Monsieur adore ça). Je les ai vite enfilés, et cette fois tout a été beaucoup plus intime. Les caresses, le plug, c’était encore différent. Il n’y a pas eu de dressage ni de punition, mais nous en avons parlé, j’ai très envie qu’on réessaie, j’aime les fessées donc…
Bien sûr, séance shibari. J’ai mis sur Fetlife une photo où il a particulièrement réussi ses liens, on me voit de dos, les mollets en l’air, et on aperçoit une partie de mes fesses et le plug rose. Le nœud est joli aussi.
Puis il est parti travailler, j’étais toute seule c’était bizarre, je commence à m’habituer à lui. 

Voilà, cette nouvelle relation part sous de bons hospices, il me semble.






 

mardi 26 février 2019

Premiers cours de Shibari chez CalamityS

Qui l'aurait cru ? Aller me faire "saucissonner", comme ça, par envie ?
Pas moi en tous les cas, du moins pas avant ce Munch chez CalamityS où j'ai VU. 
Que non, ce qu'on m'avait dit était totalement faux.
Que oui, c'était beau.

Donc, mon Maître appréciant beaucoup cette pratique, m'a proposé d'aller suivre un cours au Studio.
A la base, nous devions suivre le tout premier cours d'apprentissage, où CalamityS nous expliquait les bases, et où nous pratiquerions quelques attaches.
Sauf que.

La séance suivante, plus poussée, intéressait beaucoup plus mon Maître. Et nous avons donc enchaîné deux séances, avec la coupure du déjeuner (épique, le déjeuner, trouver de quoi manger un dimanche n'est pas toujours facile dans les petits villages "mode humour on bien sur")

Autant le matin il n'y avait que nous deux, pour cette seconde séance nous étions 2 couples, plus CalamityS et son modèle, Mitsuko, une jeune femme adorable que j'apprécie beaucoup.
Le troisième couple, d'après ce que j'ai compris, a changé de rôle à la dernière minute. C'est madame qui officiait pendant que monsieur se laissait attacher (j'ai oublié les prénoms, désolée).

Cette fois, on entrait vraiment dans le vif du sujet. Tous sur le tatamis, le grand moment arrivait.

CalamityS montrait sur son modèle, puis les riggers (je crois qu'on dit comme cela), reproduisaient ce qui venait d'être fait.
Heureusement, notre hôtesse veillait au grain, passait d'un couple à l'autre pour corriger, encourager, féliciter. 

Et moi, hé bien figurez-vous qu'il m'est arrivé encore un drôle de truc. Je me suis endormie. D'un coup et pas très longtemps.
J'étais embêtée, me faire remarquer comme cela, me dire que du coup la séance était perdue. Mais non, Mitsuko m'a parlé, m'a dit que cela pouvait lui arriver, je me suis allongée un moment, et l'énergie est revenue. A ce moment-là, j'ai demandé à porter mon masque, car je suis facilement distraite et trop à réfléchir. Le masque me permet de rester concentrée.

Nous avons repris où nous en étions, et cette fois, tout s'est bien passé. En fait j'avais été prise d'une grosse crise d'angoisse, je sentais bien la boule dans la poitrine. A ma décharge, ma vie privée est compliquée, je suis en plein déménagement, et en grand manque de sommeil.

Avant de vous montrer quelques exemples, je vais vous dire mon ressenti.
J'ai adoré, sentir mon Maître s'occuper de moi, surtout lorsqu'il était derrière moi. Mais ce n'est pas une position très confortable donc il ne l'a pas gardée très longtemps. Ce que je comprends très bien.

J'avais tendance à vouloir "aider", en présentant mes bras, par exemple. Donc, non, il ne faut pas. Je ne dois rien faire que, me laisser faire. 

J'étais totalement détendue, et soudain.. CalamityS a parlé de positions pour "jouer"...

Le crabe. Genoux remontés, mains aux chevilles, attachées aux pieds. Nous avions donc les jambes écartées, avec l'impossibilité de séparer les mains des pieds. Mais les liens n'étaient pas trop serrés.
Puis, une corde passée par dessus un bambou au plafond, et là, impossible de resserrer les jambes. J'imagine aisément le genre de jeu que peut suggérer cette position. La photo est sur Fetlife.

Quelques exemples :










Je remercie mon Maître de m'avoir offert ces séances, CalamityS de sa gentillesse, et tout les participants. J'ai passé un dimanche agréable. Et le soir j'étais très détendue.















jeudi 21 février 2019

Le dressage

Le dressage. Nouveau mot pour moi.
Il semblerait que beaucoup de choses aient été oubliées ou simplement ignorées auparavant. 
Bref.
Je vais recevoir des punitions, si je le mérite. Cela, Je connaissais..normal.
Mais il paraît qu'une soumise se dresse.
Moi de suite je rue dans les brancards, m'imagine au Haras du Pin dans le manège, la corde au cou.
Puis je repense à une fille super qui m'a dit : "on voit que tu n'es pas dressée toi". Je navais pas relevé, Pas compris.
Puis j'ai lu des trucs.
Bon.
Ça fait partie de la formation pour correspondre je suppose à ce qu'attend un maître de sa soumise.
J'imagine aussi que chacun sa méthode.
Je n'irai pas plus loin dans la réflexion, on verra à l'usage. D'autant que je ne sais pas du tout de quoi je parle 
J'ai confiance en lui.
Je vous raconterai comment je vis ce dressage. Si je le supporte. Ou pas. Petite fragile la cigale.
Et gentil Maître. Venir me voir juste pour m'encourager  (demenagement) m'obliger à manger et me reposer, sans compter la rose et les câlins. Hein ?



jeudi 14 février 2019

Nouvelle rencontre

La Valentine. Décidément. Sauf que là c'était justifié, chacun avait la même durée de route. 

J'attends dans ma voiture. Tranquille. Pas de stress. Des questions, genre "il est comment ?". Genre : "je suis comment ?".
Un véhicule se gare devant moi, Il descend. Je sais que c'est lui. Bizarre. Mais je le sais.
J'attends quand même. Son appel. Qui arrive très vite. 

On se retrouve en haut des marches, moment de flottement, bonjour, bise, on rentre ? Ouf, il prend les choses en main, j'adore ça moi.
On s'installe, et j'attends. Un peu gênée. Mais déjà, ça va, il me plait bien. Et moi ? Je lui plais ? C'est vrai, quoi, on n'en sait rien.

Pendant qu'on déguste nos boissons, il m'explique ce qu'il attend d'une soumise, je suis surprise, on parle de choses que je ne connaissais pas. 
Mais le bon feeling est là, il m'écoute, me demande ce que je pense de ceci ou de cela, parle de SSC.

L'heure tourne, je sens la séparation arriver. Et je me demande ce qu'il va se passer maintenant. On se revoit ? On ne se revoit pas ? J'attends.

Et là, il me bluffe. M'apprend que sans même me connaitre, il a réservé une chambre pour qu'on fasse mieux connaissance.
Mais que je n'ai aucune obligation. C'est une pré-réservation, qu'il peut annuler.
Égarement total. Je fais quoi ? J'ai envie. Je n'ose pas le dire. Que va-t-il penser de moi ? Au secours !

Je repense à la soirée chez Calamity, où une invitée m'a proposé de "jouer" avec son Dom et elle. Où sans réfléchir j'avais dit oui. Et ne l'ai jamais regretté.
Sauf que là c'est différent. Il deviendra peut-être mon Dominant, il ne s'agit plus d'un jeu d'un instant. 

Mais j'ai envie. 
Envie de quoi. De voir. Comment c'est avec un autre. Si je peux aller avec un autre. Si je vais enfin envoyer aux oubliettes l'autre avec sa rapière au côté.
Et.. Je dis d'accord.

Purée, même hôtel. C'est pas vrai. J'ai surmonté. Après tout, ce n'est qu'un hôtel. 
Re-flottement. 

Mais il a pris les choses en main.
Il y a du boulot, j'ai tout à apprendre. Challenge pour lui. craintes pour moi. Mais, il arrête si souci. 
Écoute mon cœur avec sa main, pour voir si les battements de panique se calment. 
J'ai découvert que je pouvais. Je pouvais aller avec un autre. Je pouvais me lover dans ses bras. Je faisais de l'humour (pas toujours apprécié, tais-toi), pour résumer j'étais bien. 

Des projets en vue, cours de shibari, entre-autres. Mais comme je sais où on sera, je n'ai pas peur.
 
Il n'y aura qu'une photo, c'était notre première fois.










mardi 12 février 2019

La vie est parfois étrange

Suite à des choses désagréables que j'ai vécues depuis que je suis soumise (je ne vais pas revenir dessus, tout est déjà écrit - je ne vais pas vous souler non plus), j'ai voulu supprimer mon compte de Fetlife.

Mais voilà. C'est plus facile à dire qu'à faire.
D'abord, il y a les mp reçus depuis, très gentils, encourageants, bref, qui font réfléchir.
Ensuite, il y a tous ces échanges, en mp aussi, si riches, depuis des mois. Je n'ai pas envie de perdre ces personnes.
Enfin, il y a les souvenirs, et beaucoup sont très sympas.
Et j'ajouterai que supprimer son compte, avec tout ça, hé bien c'est dur. Demain. Demain, je le fais. Vous connaissez le fameux "Demain, j'arrête"... 
Lâcheté ?

Donc je n'ai rien supprimé, j'ai commencé à répondre aux messages. Il m'a fallu un peu de temps pour remonter. Bien que j'en veuille toujours à ces femmes de leur attitude, et leur côté malin aussi, à se précipiter dès leur arrivée au Pandémonium pour se dédouaner. Pas mal, bravo. Mais je garde ça dans ma petite tête de souris ou de biche, au choix.

Et sinon, j'ai reçu des mp de Messieurs, aussi. Qui comprenaient et voudraient bien me connaître, parce que oser s'exprimer, dire ce que l'on pense, c'est rare, parait-il.
Hé bien demain, j'ai un rendez-vous. (si !)

J'ai peur. Normal, me direz-vous, vu ce que l'autre moustiquaire m'a fait. 
C'est marrant, je suis abonnée aux premiers rendez-vous à La Valentine. Bon cette fois ce ne sera pas Ikéa. 

Je me pose tellement de questions.
Il y a la principale, bien sur. Allons-nous nous plaire ? Cela compte, une première approche. On dira ce qu'on voudra, il ne faut pas se mentir.

Mais je me demande, n'ayant eu qu'un seul dominant (sans majuscule il ne la mérite pas), comment on fait pour passer de l'un à l'autre. Quelqu'un m'a dit un jour qu'on ouvrait un autre livre. Tout simplement. Mais serais-je à la hauteur...

Quand j'avais des fesseurs, c'était différent.Quel qu'il soit, je m'en foutais de comment ils étaient, si je leur plaisait, tout ça. Sauf de deux. Ils se reconnaitront. Surtout toi, A.

Avec un Dominant, un Maître, il y a ce petit quelque chose en plus. Cela s'appelle le lien, ce lien si fort. Et tout ce qui va avec. J'aime ce qui va avec.
Là, je me dis, que forcément, il n'agira pas de la même manière. Et moi je ne connais qu'une seule façon de faire. Qui n'était pas la bonne, vu tout ce que l'on m'a expliqué.

Il va falloir que je me lâche, que ce soit Lui ou pas. Que j'oublie. M'aidera-t-il ?

Mais ce qui fait que la vie n'est pas si mal, c'est tout ça. Les amis qui m'écrivent, un rendez-vous, finalement, j'aurais mes chances ? Même sans tenue bédéèssème ? 

Ho, tiens, je souris...










dimanche 3 février 2019

C'est bien fait pour moi

Je suis indécrottable.
Je n'apprends pas.
Je crois tout ce que l'on me dit.


Voilà pourquoi le soir du Pandémonium, ce sont les oreilles basses et la queue entre les jambes (oui bon c'est une image), que je suis rentrée chez moi, alone.


Parce que deux filles m'ont regardée, dégoutées de ma tenue (pourtant après accord des responsables du Pandémonium, novice, tout ça, tant que je reste en noir).


Plus les réflexions. C"est une soirée Bédéèssème ! Tu ne peux pas venir comme ça ! Ca ne passera pas ! Et tes collants à pois, ça va pas ? Les gens ne vont pas aimer (les gens ?)
Tout ça pendant qu'elles enfilaient les tenues réglementaires, que je regardais, les yeux écarquillés, ohlala, c'est court et vachement troué quand même.


Bon.
J'ai repris ma valise, remis tout dedans, enfilé mes habits normaux (je me trouvais sexy et mignonne moi pourtant), ai récupéré mes sous de l'hôtel avec un peu de difficulté, je crois qu'elle les aurait bien gardés, et suis rentrée chez moi.
Ho mais non, reste, on ne voulait que t'aider, on est désolées. C'est ça, oui.


Conclusion, 48 heures de réflexion après.


Plus jamais.
Plus jamais je n'irai avec des gens que je ne connais pas sous prétexte qu'ils sont amis avec des gens que je "connais" et en qui j'ai confiance. Cela ne veut rien dire. Surtout pas que ce sont des filles sympa.
Admettre que peut-être elles étaient jalouses. ou légèrement bourrées avec leur bouteille de champagne (moi je n'ai pas bu, pas envie)..
Croire un peu plus en moi, et me foutre de ce que pensent deux bonnes femmes aigries.


Et tout faire toute seule. Comme ça, le peu de confiance en moi que j'ai, ne s'envolera pas d'un claquement de doigts, ou d'un regard écœuré.
C'est ma faute. Je n'apprends pas.


Je vais apprendre.





ps : je présente toutes mes excuses à ceux qui ont pris la peine de me répondre l'autre jour sur Fetlife, et qui ont vu leurs réponses supprimées puisque pour "apaiser" les choses j'ai "deleté" mon écrit. Aucune mauvaise intention, juste stopper l'affaire. Même si je n'oublie pas. J'apprends, j'ai dit. Merci à vous, ce n'était pas du tout un manque de respect de ma part. Plutôt un instant de doute, et si je m'étais trompée ? Et si je faisais du mal ? Donc pardon à tous. Si vous me lisez, vous savez que moi et les mauvaises intentions....







dimanche 27 janvier 2019

La nuit qui a envoyé balader toutes mes idées reçues

Je n'ai connu la D/s qu'avec un dominant (sans majuscule exprès), qui m'a raconté des âneries sur tout. Et la pauvre gourde que je suis, n'ayant aucune autre référence, et surtout n'ayant pas le droit de parler à d'autres personnes, gobait tout ce qu'il me disait.

Idée reçue numéro un : Un munch and play, c'est un peu l'inconnu, surtout on n'explique rien, histoire de bien faire peur, mais tu verras, ça craint.


D'où mon " Jamais (NEVER NEVER NEVER) je ne mettrai les pieds dans un munch and play, non mais ça va pas bien, pour me retrouver avec des malades.
Hé bien je l'ai fait. Hier soir. Ok, là où je suis allée m'a été chaudement recommandé, tout a été fait pour que je me sente bien. 


Alors oui, j'ai vu des choses que je n'avais jamais vues avant, mais tout le monde était sympa, souriant. Assise sur mon bout de canapé (timide je suis, timide je reste), un couple est venu me chercher pour me proposer d'aller jouer au donjon. Oulala. 

Je n'ai pas réfléchi et j'ai dit oui. Et nous voici, ma nouvelle copine et moi, sur le banc à fessées, et ouch, que ça fait mal. mais que cela fait du bien. Mon ex dom ne savait pas se servir des instruments, pour l'ancienne spankee que je suis, j'ai vraiment apprécié. je suppose qu'il y aura d'autres rencontres avec ce couple.

Idée reçue numéro deux : Jamais (NEVER NEVER NEVER) je ne jouerai avec un autre que mon dominant. Voir au dessus.

Idée reçue numéro trois : hors de question (NEVER NEVER NEVER) que des gens me regardent me faire fesser. Ben si. On m'a regardée. Et j'étais pliée de rire.

Idée reçue numéro quatre : le shibari. De ce que m'en avait dit Dartogmios, c'est juste des gens qui s'amusent à saucissonner les autres. Il y a eu deux démonstrations totalement différentes. J'ai trouvé cela émouvant. Quelqu'un m'a dit le 31 décembre, qu'il suffisait de regarder leurs yeux (aux modèles) pour voir leur bonheur. Je n'ai pas vu leurs yeux car ou bandés ou fermé, mais j'ai vu les sourires, les attitudes. Et surtout la tendresse avec laquelle nos hôtes s'occupaient d'elles. Sans aller jusqu'à dire que cela m'a tenté (j’ai le vertige) j'ai beaucoup aimé.

En conclusion, soirée extra, merci à nos hôtes, à leur merveilleuse Eva, et je n'ai qu'un mot à dire : Encore ?

Ps : Vous voyez que je parle anglais !