lundi 26 février 2018

Un week-end de soumission (partie 5)

Ce soir, me dit-il en rentrant, je t'invite au restaurant. Il y a une petite auberge qui me parait bien sympathique un peu plus loin, j'ai vu sur le guide Michelin qu'elle avait 3 étoiles, on devrait se régaler.

"Va prendre un bain, prend ton temps, dès que tu es sèche tu m'appelles. Ta chambre est au fond à droite. Surtout ne t'habille pas, tu te sèches, tu m'appelles et tu m'attends. C'est bien compris ?"

Complètement éberluée, perdue, bien sur je répondis oui. Qu'allait-il me faire ? Enfin, dans l'état où j'étais, un bain chaud n'était pas de refus, je ferai durer le plus longtemps possible. Je montais l'escalier et me dirigeais vers ma chambre, où il avait déposé ma valise et mon sac à main. Et où un joli bouquet m'attendait sur le petit bureau face à la fenêtre. Un lit à l'ancienne, tête et pied avec de jolies formes taillées à même le bois, une armoire avec des miroirs, le bureau et une commode. De jolis rideaux champêtres, une chambre de gîte, quoi...

Pour une seule nuit, je ne défis pas ma valise, je sortis simplement ce dont j'avais besoin. Mes affaires de toilette dans une main, et ma liseuse dans l'autre, je filai à la salle de bain, fis couler le bain avec plein de mousse, me déshabillais et me glissais dans l'eau bouillante. Sur un tabouret, je mis ma liseuse sur une serviette. Je posais la tête contre la bord de la baignoire, repensais à cette folle journée (pas encore terminée), et m'endormis.

J'ouvris les yeux d'un coup, en l'entendant m'appeler d'en bas. 

"Alors, c'est bon ? lavée séchée ? Oui, oui lui répondis-je, bientôt, cinq minutes encore". 

Vite, je sortis du bain, me séchais et retournais dans ma chambre, lui disant que j'étais prête.

Je vis bien, lorsqu'il entra dans la chambre, qu'il cachait des choses dans son dos. Ma respiration commença à se faire saccadée. 

"Viens ici, me dit-il". 

Il sortit d'une de ses mains le bandeau, et le posa sur mes yeux. Je ne voyais plus rien. Il m'emmena sur mon lit, me fit m'allonger, et je sentis les cordes. C'est rêche, une corde. Il me lia les deux poignets en semble et les attacha à la tête de lit, au milieu. Et chaque pied fut attaché à un coin du lit. Ça aussi, c'était nouveau. 

Je commençais à avoir froid, allongée nue comme ça sur le lit. Je le lui dis et il monta le chauffage à fond. Je ne voyais rien, étais attachée, je frissonnais, et bien entendu, me demandais ce qui allait se passer maintenant. Avec quoi allait-il me punir ? Un martinet, la cravache ? 

Il ressortit de la chambre, je l'entendis descendre l'escalier, une chaise qui bouge dans la cuisine, des bruits de verre. Puis plus rien. Pour ce qui me sembla une éternité. J'attendais.

J'étais presque en apnée quand je sentis ses mains se poser sur mon ventre, tout doucement et même, tendrement...










6 commentaires:

  1. Je dois avoir l'esprit tordu: je m'attendais à ce qu'il te laisse attachée comme ça sur le lit toute la nuit. Sans se manifester. Ne faisant sa réapparition qu'une fois la matinée bien entamée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais quel sadique celui-là ! Non non, et même que pour spoiler, ce sera plus hot dans le prochain épisode, hum.... Sais pas si je publierai cet épisode d'ailleurs lol. To be continued...

      Supprimer
  2. oh oh cela devient très mais alors très intéressant!!! allez vite la suite!!

    RépondreSupprimer

Je ne publie pas les commentaires anonymes. Merci de votre compréhension. Héléa