lundi 19 mars 2018

Arnaud et Caro, ép. 1


Plusieurs semaines qu'ils avaient pris contact, tous les deux, sur un forum connu. Quelques messages privés, histoire de voir si les jeux correspondaient à peu près, puis échange d'identifiants Skype, car rien de tel que Skype ou Viber pour vraiment discuter, quand on préfère garder l'écrit encore un peu.

Pseudos donnés, Arnaud et Caro.

Arnaud savait déjà qu'il voulait la rencontrer, cette petite Caro, et la basculer en travers de ses genoux. Deux ou trois fois, lors des mp, elle l'avait un peu cherché, mine de rien. Il a fait celui qui ne s'en rendait pas compte, sauf une fois, où elle avait poussé le bouchon un peu loin, et il lui avait dit qu'il notait cette impertinence, et que s'ils se rencontraient, elle devrait en rendre compte. Non mais ! 

Arnaud savait que cette menace toucherait Caro. Il fessait des femmes depuis quelques années, et commençait à bien connaître leurs réactions, même si chacune d'elle était différente, bien entendu.

De son côté, Caro avait aimé qu'Arnaud réagisse, c'était ce qu'elle cherchait depuis le début. Elle avait besoin de quelqu'un qui ne se laisse pas faire. Attention, elle avait tout de de même certains critères, il fallait qu'il écrive, dans l'ensemble, correctement, qu'il s'exprime bien, car elle avait besoin de quelqu'un en qui avoir confiance, qui puisse lui apprendre des choses, en gros, quelqu'un dont elle serait fière.

Pour l'instant, quand elle ouvrait ses messages, ce qu'elle lisait lui plaisait. Il était poli, aimable, mais directif, en même temps. Les questions étaient précises, sans être indiscrètes. 

Durant les quelques jours qu'avaient duré leurs échanges sur le forum, ils étaient restés sur le vouvoiement. Elle se sentait gênée lorsqu'on ne la tutoyait pas. Elle allait le lui dire, ce serait plus simple.

Et là, tout de suite, face à l'écran, elle attendait la demande sur Skype. Qui apparût. 

De son côté, Arnaud attendait l'acceptation de sa demande, et se disait que l'heure à venir était décisive. Ça passait, ou ça cassait. Parce que même si on reste à l'écrit, on répond plus vite qu'à un message privé. Et l'erreur étant humaine, on pouvait gaffer. 

Mais il ne voulait pas s'inquiéter pour des choses qui n'avaient pas encore eu lieu. Ah ! "Caro a accepté votre demande".  Très bien. 

"Bonjour Caro
- Bonjour Arnaud
- Nous voici enfin sur Skype.
- Oui.
- Ce sera plus facile d'avoir un vrai dialogue non ?
- Oui."

Arnaud trouvait qu'elle était déjà moins loquace. Ce qui pouvait être un bien, comme un mal, à suivre. Caro, elle, se disait qu'il faudrait qu'elle parle un peu plus. Mais elle préférait attendre de voir comment il allait s'y prendre pour mener la conversation.  






8 commentaires:

  1. Arnaud aimait-il murmurer à l'oreille des vilaines?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'idée, Monsieur Méchant, ce sera placé....

      Supprimer
  2. À mon avis, la relation entre eux va vite prendre sa vitesse de croisière.

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup les histoires qui s'installent tout en douceur en prenant le temps. Ça fait du bien dans un monde où tout va vite tout le temps. Alors si tu peux les faire se découvrir pas à pas, moi ça me va bien. Après s'il la fesse dès le deuxième épisode, c'est pas grave non plus, je vais quand même venir lire 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Céline. C'est un peu mon truc en fait, tu vois le week-end de soumission, on en est à la partie 8 et c'est pas fini lol. Sachant qu'un week-end c'est 2 jours quoi... On va y aller tout doux. Promis.;-)

      Supprimer
  4. Caro et Arnaud me plaisent beaucoup, je vais attendre la suite avec impatience!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha, eux deux, c'est une belle histoire d'amour en devenir. To be continued....
      Merci Chipinette.

      Supprimer

Je ne publie pas les commentaires anonymes. Merci de votre compréhension. Héléa