jeudi 17 mai 2018

Désobéissance. Sévérité.

Je découvre une nouvelle fois à quel point certaines règles ne doivent pas être bafouées. Et je découvre une nouvelle fois combien Monsieur peut être dur dans ses mots. Les mots font mal, parfois. Plus mal qu’une punition.

Je dois demander l’autorisation avant de discuter avec un Dominant en privé. En général, je reçois un message, et je renvoie poliment à Monsieur D. Il veut connaître les intentions de la personne.

Bien entendu, cela ne s’applique pas aux personnes que je connaissais avant de le rencontrer, et aux gens qu’il connait.

Et, il ne me refusera jamais l’autorisation sauf s’il a des doutes sur la personne.
Je dois donc, simplement, passer par lui avant. Et je l’applique, car je dois dire que discuter avec des inconnus ne m’intéresse pas plus que cela, j’ai mon cercle d’amis et ça me va bien. Ils m’apportent beaucoup et devraient se reconnaitre.

Sauf que. Je l’ai fait, sans même m’en rendre compte.

J’'ai contacté un Dominant via le formulaire de contact de son blog, simplement pour lui dire que je le trouvais sympa (le blog), et que j'aimerais le mettre en lien. Et j'ai discuté par mail avec lui, de nos blogs respectifs. De blogueuse à blogueur. Jusqu’au moment où j’ai réalisé que c’était une manière détournée de désobéir, même pas intentionnelle. Mais la démarche venait de moi…

N’ayant pas l’habitude de mentir ou cacher, je l'ai dit tout de suite à D. Autant il passe sur beaucoup de choses ce qui, pour l’ancienne spankee que je suis, me surprend toujours, autant les entorses au protocole ne sont pas tolérées.

J’ai donc dans un premier temps eu droit à des remarques très dures (tu cherches un nouveau Monsieur ? – Tu es ma soumise et tu parles à un autre dominant sans me demander ?) et surtout, surtout, sachant que j’avais prévenu l’autre Monsieur lorsque je me suis rendue compte de mon erreur (ledit Monsieur m’ayant suggéré d’avouer immédiatement), il m’a fait lui demander ce que Lui, donnerait comme punition à sa soumise si elle avait fait la même erreur.

Vraiment. Je n’ai pas eu le choix et j’ai dû transmettre cette question. J’ai ressenti une honte terrible. Je l’ai dit à D. Réponse : cela fait partie de ta punition…

La réponse reçue, Monsieur a tout de même admis que je n’avais pas réfléchi, que c’était par inattention et que je l’avais avoué immédiatement. Il a été relativement clément. 

Mais j’en reviens au fait que la D/s est très différente de ce que je vivais avant. Des erreurs, j’en fais peu, mais cela arrive et à chaque fois, il me fait passer l’envie de recommencer. 

Et pourtant, après avoir écrit ceci, j'ai recontacté le bloggeur en question pour le prévenir, que ces mésaventures seraient publiées. Et j'ai tout gagné. Interdiction totale de discuter avec un Dominant, plus d'exceptions. Et la punition clémente se voit transformée en quelque chose de bien plus dur. Il faut que j'apprenne, il faut que j'apprenne...







2 commentaires:

  1. Une astuce Héléa, quand tu écris un mail, tu peux mettre ton dominateur en copie cachée ou copie "simple". Ça lui permet de recevoir tes mails en même temps que l'autre personne et tu évites ainsi (peut-être) les ennuis dans un premier temps. Après ça dépend évidemment des conversations...
    Pour le moment c'est loin d'être naturel ce qu'il te demande mais tu vas apprendre 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Mais ça ne m'est pas venu à l'esprit. Je ne faisais que bavarder. Et là c'est tolérance zéro maintenant. :-(

      Supprimer

Je ne publie pas les commentaires anonymes. Merci de votre compréhension. Héléa