vendredi 8 juin 2018

Sans culotte ?!?

Monsieur m'a fait une drôle de surprise, hier soir. Ça a commencé par une question "normale" :

"Tu bouges, demain ?"
"Non j'ai pas prévu, pourquoi Monsieur ?"

Et c'est là que je suis restée scotchée sur le canapé :

"Demain journée sans culotte"
"Heu.."
"Donc tu ne portes pas de culotte, et à chaque fois que je te le demanderai tu te mettras devant la cam pour me le prouver"

Là j'étais en apnée. Une fois, il m'a demandé de lui remettre ma culotte, mais on était en voiture et cela a duré peu de temps. Là, c'est de toute la journée dont il me parlait.

Et pas moyen de tricher, on a la cam. Je lui ai suggéré que peut-être elle tomberait en panne, il m'a dit "photo alors". J'ai suggéré que mon téléphone tombe en panne. Il a suggéré que la cravache tombe sur mes fesses. Ok. Ça va j'ai compris.

J'ai quand même demandé, si je devais sortir, ce que je devais faire. Tout pareil, sans culotte, mais photo pour le prouver.

J'ai bêtement cru que ça commencerait après ma douche. Il me fait son coucou du matin, tout à l'heure, moi, le nez dans mon bol de café, en pyjama et bien sur avec ma culotte de la veille. J'étais encore à moitié endormie. Et là il me dit : "en position". (Alors, dès qu'il dira ou écrira cela, je devrai prouver que je suis bien sans culotte.)

Me voilà à retirer le bas du pyjama, la culotte et prouver à Monsieur que j'ai bien obéi. D'un côté je me suis sentie ridicule, mais d'un autre il faut bien lui obéir... On va espérer qu'il sera très très pris par son boulot aujourd'hui...  Il l'a été...  Ouf.

Je suis propre, habillée, mais la sensation est vraiment étrange. Il me manque  quelque chose.  Difficile de résister pour ne pas désobéir et foncer récupérer une culotte dans la commode. Mais comment tenir une journée comme cela ? Je me souviens de la fois où nous étions allés manger et ma culotte était dans sa poche. J'avais gardé mon manteau tout le repas. 

Et si je me remettais au lit ?

Au bout de quelques heures, mon corps me fait un sale coup. Il semble apprécier la situation et je deviens très humide. Et Monsieur a été très clair. Interdiction de me donner un quelconque plaisir. Et que si je transgressais son ordre ce serait dangereux. Décidément je suis gâtée aujourd'hui. Mon Monsieur me fait des misères. 

J'ai eu également la chance de recevoir deux livraisons. Quel bonheur de se retrouver dans la rue, je vous laisse imaginer. Mais au moins cela a calmé les sensations que je ressentais. Le stress.

Voilà, journée terminée, j'ai enfin l'autorisation de me rhabiller. 

Et là il m'annonce que pour notre rendez-vous de demain, je dois venir tout pareil. Sans ma culotte ! Puisque je me suis "habituée". 













13 commentaires:

  1. Et, avec un peu de chance, il y aura du vent… ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À propos du vent, j'ai un joli petit souvenir qui remonte à… fort longtemps et qui me laisse encore, tant de temps après, tout attendri. J'étais alors en fac. C'était le mois de juin. Il faisait beau. Sur le campus, à trois ou quatre mètres devant moi, marchait une fille que j'avais parfois aperçue à la cafeteria. Sans plus. D'un côté, elle portait des livres noués par une sangle, comme ça se faisait beaucoup à l'époque, et de l'autre un grand sac. D'un seul coup une bourrasque. Une énorme bourrasque. Totalement imprévisible. Qui fait voltiger haut sa petite robe d'été légère. Encombrée comme elle l'est, elle s'efforce maladroitement de ramener ses bras devant elle pour limiter les dégâts. Mais derrière! Ah, derrière! Ça flotte. Ça se soulève. Ça ondule. Et ça me laisse généreusement apercevoir, quelques secondes durant, deux adorables petites rotondités totalement à nu. Une fois le vent retombé, elle se retourne discrètement histoire de vérifier si quelqu'un a assisté à la scène. Le regard perdu dans les lointains, je fais mine de ne m'être rendu compte de rien. (On sait vivre quand même!) Un seul regret: ces adorables petites fesses n'étaient pas décorées d'un joli rouge fessée. Mais bon, on peut pas tout avoir non plus!

      Supprimer
    2. On vous reconnaît bien là François- Fabien. Tout en discrétion.

      Supprimer
  2. Tu vas vite t'y habituer. Le plus dur c'est de monter des escaliers dont les marches ne sont pas pleines et donc que les personnes qui se trouvent sous l'escalier puissent potentiellement voir ta nudité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. M'y habituer ? A voir lol. Je me doute que ce genre de marches doit être à éviter au maximum.

      Supprimer
  3. Finalement, pour passer une bonne journée, plutôt que de s'affaler devant la télé, mieux vaut encore aller s'installer avec son petit pliant, son cornet de frites et son pack de bière sous un escalier à claire-voie. ;) Ça me donne une idée de récit, tiens, ça, d'ailleurs!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et voilà. Un récit de plus. N'oubliez pas de mentionner Céline et moi comme inspiratrices lol

      Supprimer
  4. Ah merci François Fabien, je connaissais pas le mot exact pour l'escalier.
    On attends votre histoire, alors 😀

    RépondreSupprimer
  5. Hélène le descend cet escalier. Et Céline le monte. Elles se rencontrent au beau milieu. "Comment tu vas?" "Et toi?" Elles restent longtemps, là, à papoter alors qu'au-dessous "on" se repaît du spectacle offert. Quelle en est la nature exacte? Culotte? Pas de culotte? Fessée? Pour l'une? Pour l'autre? Pour les deux? Est-ce totalement involontaire? Ou, au contraire, délibéré? C'est qui ce type en-dessous? Que de questions! Auxquelles j'ai bien des débuts de commencement de réponse. Non, ce qui me pose problème pour le moment, c'est de trouver une illustration qui corresponde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lol. Excellent. Je n'ose imaginer l'illustration... années 30 ? Quoique les jupes sont longues. Hâte non Céline?

      Supprimer
  6. sensas ... je trouve que la faculté que tu as de suivre les ordres de Monsieur, sans aucune échappatoire prouve qu'au delà des qualités de soumission que tu traduis et livres dans tes écris, montre si l'en est, que tu as de belles qualités de cœur !

    RépondreSupprimer
  7. Merci. Je ne pouvais tout simplement pas lui désobéir, je l'adorais.

    RépondreSupprimer

Je ne publie pas les commentaires anonymes. Même avec des initiales. Merci de votre compréhension. Héléa