dimanche 1 juillet 2018

A la plage - 5

J'ouvre les yeux et au bout de deux secondes la réalité se met en place. La moitié de mon lit est occupée par quelqu'un d'autre. Et tout revient. Une profonde respiration et je referme mes yeux, le temps de bien me souvenir de tout...

J'ai mis ma petite robe gris chiné, courte, avec des ouvertures dans le dos et des perles au niveau des épaules. Mes Tropéziennes roses et blanches, et ai pensé à ma veste en jean's, au cas-où j'ai un peu frais. Le sac minimaliste qu'on porte en bandoulière, et je me dirige vers le restaurant où nous avions rendez-vous.

Il est déjà là, à m'attendre. Se lève dès qu'il m'aperçoit et vient à ma rencontre. Bises et on va s'assoir. C'est bizarre. Je manque d'habitude et je ne sais pas trop quoi dire ni quoi faire. Mais c'est sans compter sur Aldo qui lui, à priori, sait.

Il me demande ce que je veux boire et appelle le serveur. L'apéritif est accompagné, comme souvent par ici, d'une assiette de tapenade maison et de croutons. Et devinez ! Oui, il me tartine mon premier toast. Ce type est incroyable. Mais il a la décence de me le donner à la main. J'apprécie.

Le repas se passe merveilleusement bien, les plats étaient parfaits, la discussion aussi, tranquille, sans lourdeur, il me dit juste qu'il est heureux de cette rencontre imprévue (imprévue, je veux bien qu'il ne me connaissait pas, mais il devait tout de même être en chasse...), bon, ça fait quand même très plaisir, et nous allons faire un tour sur le port, au marché nocturne.

C'est bien sur un piège à touristes, mais il y a de l'animation, des artistes de rue, c'est quand même sympa.

L'heure avance, et je n'ai pas du tout envie qu'on se sépare. Et j'ose le : "on peut prendre un verre ou un café chez moi si tu veux". Oui, je l'ai dit. J'en suis encore à me demander ce qui m'a pris qu'il a répondu "avec plaisir", et que nous sommes quasiment devant chez moi. 

Je réfléchis vite fait à l'état de l'appartement, me souviens que j'ai tout rangé la veille, c'est bon. Nous entrons, je lui propose de s'assoir et nous sors des boissons fraiches. 

On discute un peu, et il m'attrape le menton, se penche vers moi et m'embrasse tout doucement. On y était. Il recule son visage, me regarde pour voir comment je réagis, apparemment ce qu'il voit lui convient puisque là son second  baiser est nettement plus... profond. 

Je perds pieds, et me laisse complètement aller dans ses bras. De toutes façons ses gestes sont surs, aucune hésitation, la main qui part de la nuque pour remonter mes cheveux et m'embrasser dans le cou. Le regard au fond des yeux, il baise tout mon visage, mes yeux, le bout du nez, les oreilles. Son souffle est chaud. 

Ses caresses se dirigent ensuite vers mes épaules, et très précautionneusement il attrape un de mes seins.

Je commence à avoir chaud. Je vais lui dire que je suis fatiguée, et que ce serait plus raisonnable d'arrêter là pour ce soir.

Au moment où j'essaie de m'éloigner de ce corps que j'ai vu en maillot, je me sens soulevée et emportée comme plume et il m'emmène dans ma chambre. 

Voyons. Ce n'était pas prévu du tout du tout ça. Mais y avait-il quelque chose de prévu, depuis ma reprise de la plage cet été ? 

Je me rendors.

4 commentaires:

  1. Hummm!! Croustillant, ça promet pour la suite...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sacrée Cléa lol. Tu aimes le croustillant. Mais pour l'instant je dors.

      Supprimer
  2. Du rêve à la réalité il n'y a bien souvent qu'un tout petit pas.

    RépondreSupprimer

Je ne publie pas les commentaires anonymes. Merci de votre compréhension. Héléa