vendredi 20 juillet 2018

Ces habitudes que j'ai prises toute seule


Nous avons un protocole. Donc des règles, que j’ai déjà détaillées. Et que je suis, du mieux que je peux, avec parfois quelques écarts. Punis, les écarts. Toujours.

Mais je réalise que je me suis, petit à petit, imposé des habitudes, vis-à-vis de Monsieur. 

Bien sur, il ne m'a rien demandé pour tout cela. C'est en apprenant à connaître ses désirs, ses inquiétudes, et ce qui le contrarie, le connaître lui, bien sur, aussi, que cela m'est venu, afin de le rassurer sur certains points, le satisfaire sur d'autres, et éviter les contrariétés.

Si je lui dis ce que j’ai pensé à faire, il ne relève pas, en général. Parfois j’aimerais bien un petit « merci ma soumise c’est trop gentil ». Mais non, et j’ai su pourquoi.

Je lui ai demandé, au début, pourquoi il ne me disait pas qu’il était content de ce que je faisais pour lui, c’est là qu’il m’a expliqué que c’était normal, puisque je me devais de veiller à son bien-être. 

Il est vrai que je n’y connaissais rien, il m’apprenait. Donc, je ne dois attendre aucun remerciement, tout ce que je pourrais faire pour lui est normal. C’est un dû. 

La première chose que j’ai faite, très vite, fut de régler mon réveil sur ses horaires. De façon à être disponible lorsqu’il me dit bonjour le matin. Il s’est passé une fois où je dormais, ne lui ai pas répondu alors que je le faisais tout le temps, et cela ne s’est pas bien passé. Donc, j’ai mis le réveil. Ne plus entendre cette voix froide et fâchée. Ce que je peux la craindre... Il ne s'énerve pas. Mais c'est pire je crois.

J’attends toujours, s’il doit m’appeler, qu’il l’ait fait avant de faire des choses qui m’empêcheraient de lui répondre. C'est parfois long. Alors tout de même je lui demande s'il a une idée de l'heure, ou s'il y a un changement.

Je le préviens sur skype de tous mes déplacements, comme cela je sais qu’il ne s’inquiètera pas.

Et beaucoup d'autres petites choses.

Par exemple, maintenant, j'ai toujours les cheveux attachés. Monsieur aime voir mon cou, et où que je sois, seule ou pas, mes cheveux sont attachés. C'est ma façon d'être à lui même de loin. J'ai aussi, bien sur, le collier de cheville qui ne m'a pas quittée depuis fin mars.

Je ne m'occupais pas trop de moi, avant. Je sais qu'il aime que je prenne soin de mon corps, donc je me suis mise à manger correctement, mais aussi à bichonner ma peau, et me décider à me maquiller, me vernir les ongles. Des choses que je faisais, mais vraiment lorsqu'il le fallait. Là, je le fais même si je reste chez moi, même si je ne le vois pas.

Lui, peut me voir. Autant qu'il soit content de ce qu'il voit par la cam. Je sais que s'il me voit, jambes décroisées, cheveux attachés, il est satisfait.

La cam. Je la déplace maintenant. Avant, c'était le salon la journée, la chambre la nuit. Maintenant elle me suit partout. Toujours de mon initiative.

Aussi, il m'arrive de lui demander, au moindre doute, si j'ai le droit ou pas de faire telle ou telle chose.

J'aurais d'autres exemples, mais je pense que le message est passé. J'en suis arrivée, de moi-même, à agir de façon à ne pas lui déplaire ou le décevoir. Mieux, à le satisfaire. Et j'en suis ravie. Et je m'évite, nous évite, bien des soucis.

J'anticipe, quoi...









6 commentaires:

  1. En somme, vous ne vivez plus qu'à travers lui. N'est-ce pas cela le véritable don de soi?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas. J'ai ma vie à côté. Mais il passe en priorité, juste après ma famille. La vraie vie prime sur tout, des deux côtés. Même si le lien entre nous est très très fort :-)

      Pour ce qui concerne le don de soi, je ne peux le nier...

      Supprimer
  2. C'est dingue ce qu'un homme peut faire sur nous! On a certes notre personnalité et notre vie mais on ne peut pas faire sans eux... et ils le savent 😊

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement. Non seulement on leur obéit, mais comme je le raconte, on anticipe leurs désirs. Mordues nous sommes...

      Supprimer
  3. L'histoire ne dit pas si ces habitudes sont bonnes ou mauvaises. Qu'en penses-tu ma soumise ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ni l'une ni l'autre Monsieur. Elles sont pour moi une évidence.

      Supprimer

Je ne publie pas les commentaires anonymes. Merci de votre compréhension. Héléa