dimanche 23 septembre 2018

Marylou - Ensorcelée (9)

On y était. Marylou attendait Pierre, son Protecteur, qui devait l'emmener dans un restaurant pas très loin, où ils feraient connaissance d'autres personnes qui pratiquaient le BDSM, quelle que soit leur préférence.

Marylou était détendue, elle avait vu Pierre plusieurs fois, le connaissait un peu mieux, et était certaine qu'il ne la "lâcherait" pas de la soirée. 

Il lui avait expliqué pourquoi il avait proposé d'être son Protecteur plutôt que son Dominant. Cela faisait encore trop peu de temps qu'il s'était séparé de son ancienne soumise, et il avait besoin de la certitude d'être passé à autre chose avant d'entamer une nouvelle relation. C'était comme une séparation d'avec une compagne.

En ajoutant qu'il sentait qu'il serait bientôt prêt.. En la regardant dans les yeux..

Marylou avait mis une robe cintrée, jupe évasée, qui s'arrêtait au dessus des genoux. Des ballerines car elle ne se sentait jamais bien avec des talons, tant pis si ça ne plaisait pas. Une veste par dessus et c'était parfait.

Elle monta dans la voiture, une bise à Pierre, et ils partirent. Ils discutèrent de tout et de rien, Pierre ne voyant rien à ajouter dans ses recommandations. Il semblait bien que Marylou avait tout compris. De toutes façons, elle n'avait pas de collier, ne serait là que pour se faire une dernière idée, et décider.

Ils se garèrent, et se dirigèrent vers le restaurant. Le serveur les emmena au fond de la salle principale, avec des tables pour deux ou quatre personnes, et les fit entrer dans une autre salle, avec deux grandes tables face à face. A priori il y aura pas mal de monde, se dit Marylou.

Une dizaine de personnes étaient debout, devant la table avec les apéritifs. Instinctivement, Marylou se rapprocha de Pierre, impressionnée par tous ces gens. Certains, c'était l'évidence, étaient en couple. Et clairement, on devinait qui dominait et qui était soumis(e). Mais chacun d'entre eux semblait détendu et content d'être là.

Il y avait aussi des personnes seules, hommes et femmes. Là, pour Marylou, c'était plus difficile de savoir leur rôle.

Un cocktail à la main, elle fit sa curieuse et regarda chacun plus attentivement. Certain(e)s des soumis(e)s portaient au cou un collier, genre collier de chien, souvent assez joli, complété d'un anneau. Elle posa la question à Pierre qui lui expliqua que comme ceux des animaux, l'anneau servait à y accrocher une laisse. Explication qui troubla Marylou. Elle se dit qu'elle n'aimerait pas porter un collier. Ce n'est pas pour elle ce genre de choses.  

Elle remarqua les yeux baissés des soumis(e)s, et vit que, comme l'en avait prévenue Pierre, les soumises assises ne croisaient pas les jambes. 

Soudain, elle sentit les petits cheveux dans sa nuque se hérisser, en même temps qu'elle croisait le regard d'un des hommes venus seuls. De taille moyenne, cheveux très bruns, comme ses yeux, il la fixait, un sourire aux lèvres. Tout en lui disait qu'elle lui plaisait, il était comme un aimant qui l'attirait. Elle frémit et sa respiration se fit saccadée. Elle soutint malgré elle ce regard qui l'accrochait, et rougissant, baissa enfin les yeux, vaincue et frémissante. 

Elle restait là, seule, perdue, ne sachant que faire, quand elle sentit qu'on l'attrapait par le bras. Le souffle court, la bouche entrouverte, elle regarda Pierre, puis l'homme, puis Pierre, et celui-ci l'emmena s'assoir. Il alla lui chercher un verre d'eau, lui dit de se calmer, de respirer tranquillement.

Lorsque Marylou eut repris ses esprits, il lui demanda ce qu'il s'était passé. Le regard posé sur ses ballerines, elle lui avoua n'avoir pas trop compris ce qui lui arrivait. Elle avait croisé le regard d'un homme et avait subitement perdu tous ses moyens. Des frissons, le cœur qui s'emballe. Celui-là, là-bas. Pierre regarda, et lui dit qu'il le connaissait. Franck. Un de leurs amis, à Virginie, Laurent et lui-même. Tu voudrais le rencontrer Marylou, lui demanda-t-il en souriant ?

Elle bafouilla, ne sachant que répondre. Elle se disait qu'elle avait des comptes à lui rendre, après tout il s'occupait d'elle depuis quelques semaines, elle ne voulait pas paraitre ingrate. Sentant la gêne de sa protégée, il la rassura. Tu ne me dois rien. Je suis ton Protecteur, et pas ton Dominant. Allez viens, Marylou, je vais te présenter à Franck. Tu veux ?

Il posa son bras sur ses épaules, lui embrassa le front, et l'emmena vers cet inconnu qui, elle ne savait pas pourquoi, serait son Maître, enfin s'il voulait d'elle, bien sur. Et s'il ne voulait pas d'elle ?
















4 commentaires:

  1. Il voudra d'elle. Ça ne me semble pas faire l'ombre d'un doute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vraiment, ce serait bien... On le saura bientôt, je pense.

      Supprimer
  2. Un coup de foudre ? Bon sang mais c'est bien sûr ! C'est le début tout indiqué pour une relation où d'autres coups tout aussi électrisants pleuvront, sourire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ? C'est donc ça, les petits cheveux qui se redressent ? Un coup de foudre ? Ca promet, tiens....

      Supprimer

Je ne publie pas les commentaires anonymes. Merci de votre compréhension. Héléa