dimanche 12 mai 2019

Trois mois


C'est tout moi, de compter. Après-tout c'est mon métier. 
J'ai compté ici le premier mois, le nombre de visites...
C'est plus fort que moi. Je compte les marches d'un escalier, les carreaux par terre aux toilettes (si si c'est vrai, allez-y moquez-vous)

Et là, je me dis que ça fait trois mois que je vis une belle histoire avec mon Maître. 
Je ne trouve pas de mots pour expliquer ce que je ressens. Ou plutôt j'en aurais trop. 
Mon cerveau est ainsi fait que mes pensées partent souvent dans tous les sens. 

Si je devais le décrire, je dirais en premier qu'il arrive encore à me surprendre. Cela a commencé par me proposer de nous rencontrer alors que son profil ne correspondait pas vraiment au mien, et d'insister pour que nous le fassions, suivi par cette surprenante proposition lors de notre première rencontre (je vous laisse chercher), pour finir par ce week-end à deux.. (D’autres choses encore mais je ne vais pas tout raconter une nouvelle fois). 
Et, je suis certaine qu'il me prépare encore des choses.

Ensuite, je parlerais de sa bienveillance. 
Il m'a "récupérée" dans un sale état, tant sur le plan de la désastreuse expérience bdsm dont je sortais, que dans ma vie privée. 
Il a pris soin de moi, même lorsque je n'étais pas d'accord. Il m'a confié ensuite qu'il était vraiment inquiet. Il a su soigner mon âme et mon corps. 
Je lui demande parfois pourquoi il n’a pas fui en courant…

Il est généreux, aussi. Et compréhensif de ma situation, côté santé. 

Parlons maintenant de notre relation D/s. Il veut savoir. Me pose des questions. Retient. Ajuste. 
Mais attention, il n’hésite pas à me faire avancer, lui aussi a ses envies. Lorsque nous sommes ensemble, dans ces moments si intimes, j’éprouve beaucoup de sentiments envers lui. 
Cela va de la rage comme lorsque je suis coincée, ligotée, incapable de repousser ses mains. J’ai déjà craché un « je vous déteste » que bizarrement il a beaucoup apprécié… 
Mais aussi une grande tendresse, lorsqu’il me prend dans ses bras, me caresse, me parle doucement. 
De toutes façons même contrarié il parle doucement. L’intonation est certes différente, mais jamais il n’élève la voix.

Ce petit billet pour vous dire, Monsieur, que je suis heureuse de vivre cette relation avec vous, depuis donc trois mois. J’espère qu’elle durera.











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Je ne publie pas les commentaires anonymes. Même avec des initiales. Merci de votre compréhension. Héléa